Des centaines d' ADHERENTS, plusieurs milliers de PETITIONNAIRES ! REJOIGNEZ NOUS !

mercredi 8 mars 2017

DU DOUHET AUX SAUMONARDS : UN LITTORAL MENACÉ PAR LA SUBMERSION MARINE



8 mars 2017
  
Quelles actions de prévention contre l’érosion dunaire et les risques de submersion marine constatés sur le littoral nord-est de l’île d’Oléron, du port du Douhet à la pointe des Saumonards ?

Plage de Foulerot, 2 mars 2017-03-07. Vulnérabilité du cordon dunaire.
  
Ce secteur « dit de la Gautrelle » est décrit dans le PAPI (Programme d’actions de prévention des inondations) de l’île d’Oléron (Comité de pilotage, 29 février 2012) :
-       des enjeux humains forts : camping géré par l’ONF situé derrière la digue de la Gautrelle, plusieurs zones urbanisées denses à l’arrière du cordon dunaire (Sauzelle, La Gibertière, Foulerot, Plaisance)
-       un risque d’inondation non négligeable.

Dans le passé, le document des « propositions d’orientations stratégiques » du PPRN (Plan de prévention des risques naturels présenté en mai 2016), montre un important recul du trait de côte  entre 1950 et 2006 au droit de la plage des Saumonards et recense de nombreux évènements de submersion marine sur ce secteur et celui de Boyardville depuis 1838 (9 sur 28 évènements recensés pour 7 communes oléronaises).
La submersion de 1978 dans le secteur de Foulerot-Plaisance y est décrite comme ayant affecté la route. En réalité, la mer a pénétré à l’intérieur de la forêt et recouvert plus de 3 hectares de terres sur des hauteurs comprises entre 30cm et 1m. La zone urbanisée à l’époque (bien moindre que maintenant) a été affectée par cette inondation.

Plus récemment, même si ce littoral n’a pas été submergé lors de la tempête Xynthia en 2010, le cordon dunaire qui borde les plages de Plaisance, de Foulerot, de La Gautrelle et des Saumonards montre de nombreux signes de recul, de détérioration et de submersion localisée de la dune à la suite des tempêtes d’hiver de ces dernières années.

Plage de Foulerot 2 mars 2017. Démantèlement en cours des enrochements de protection. Submersion localisée de la dune.
 
On peut observer sur cette photo le démantèlement de la digue de rochers et la brèche en cours de creusement dans le cordon dunaire. C’est un exemple parmi bien d’autres.     
Dans le cas de la plage des Saumonards, le risque naturel est fortement accentué par le passage répété des engins des mytiliculteurs exploitant les pieux et cordes à naissain sur l’estran. Ceci concerne 170 concessions depuis la digue de la Gautrelle jusqu’à la Pointe des Saumonards. Ceci, à proximité immédiate de la digue et de la zone forestière où est implanté le camping.

Nous avons déjà alerté les autorités sur ce point particulier en 2013-2014 (voir diaporama complet sur le Blog de l’APLIMAP).

                       



Submersion de la forêt des Saumonards le 7 janvier 2014 par la brèche creusée depuis plusieurs années  dans le cordon dunaire pour le passage des gros engins des exploitants mytilicoles (chemin forestier n°3)




Brèche dans le cordon dunaire  des Saumonards après la tempête (3 février 2014). Cette photo explicite le lien entre cette brèche et l’exploitation mytilicole (chemin forestier n°3)


Brèche dans le cordon dunaire  des Saumonards (28 février 2017). A la place de la forêt, une mer de sable. Chaque année les mêmes engins des mytiliculteurs passent pendant plusieurs mois par cette brèche non consolidée (chemin forestier n°3).


Le secteur côtier du Douhet aux Saumonards a été classé « de dernière priorité » dans le PAPI de 2012.
Si cela pouvait paraître justifié au regard de la vulnérabilité plus forte d’autres secteurs côtiers oléronais lors de la tempête Xynthia en 2010, ce classement est aujourd’hui inapproprié et nous déplorons l’absence de mesures efficaces permettant de renforcer le cordon dunaire avant qu’il ne soit trop tard et qu’il ne faille investir des sommes encore plus importantes dans un futur proche.

Les ouvrages réalisés après la submersion de 1978 sont désormais inopérants. Les épis perpendiculaires au rivage sont enfouis dans le sable sur une grande partie de leur hauteur. Ils sont visiblement attaqués par la mer sur la partie la plus haute de l’estran.
Le renforcement longitudinal du cordon dunaire par des rochers est en voie de démantèlement comme le montrent les multiples éboulis et la pénétration récurrente de la mer à l’arrière de la dune.
Les ganivelles posées durant l’hiver 2015-2016 semblent avoir plutôt bien fonctionné dans certains endroits comme pièges à sable mais elles ne constituent pas une protection contre les phénomènes actuels et récurrents d’érosion de la dune et de submersion.
La digue de la Gautrelle est certes restaurée après chaque grande tempête mais avec des rochers qui ne semblent pas calibrés à la mesure des assauts de la mer.

L’ensemble du cordon dunaire est de plus en plus vulnérable face aux aléas de submersion. Les cartes de l’aléa submersion marine dans le PPRN sont sans appel à ce sujet pour scénario Xynthia+20, a fortiori pour le scénario Xynthia+60.

Rappelons que ce cordon dunaire est la seule protection de la forêt et des villages situés à l’arrière. N’est-il pas temps de procéder à de nouveaux travaux ? Ou bien, faut-il attendre que les repères mis en place nous indiquent que le cordon dunaire a disparu ?

Il existe en outre une autre menace potentielle sur ce secteur urbanisé localisé entre dunes et marais. Les riverains du marais constatent le non-entretien des fossés de drainage du marais du Douhet et un fonctionnement erratique du système d’écluses permettant d’agir sur le niveau de l’eau dans ces fossés. Les cartes de l’aléa submersion marine montrent la nécessité d’agir sur les deux fronts.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire